EN LECTURE

Comment voyager de manière écoresponsable

Comment voyager de manière écoresponsable

16 façons pour faire un voyage plus écolo

Comme tu le sais déjà, la plupart des moyens de transport polluent et émettent beaucoup de carbone, particulièrement l’avion. Si on ne veut pas s’empêcher de voyager, il va falloir compenser ailleurs et beaucoup ! En plus des nombreuses actions à prendre dans la vie de tous les jours, voici une liste de trucs à faire ou à éviter, pour poursuivre tes bonnes actions même en voyage.

1. Bannir les produits en format voyage

Tu-suite ! Il n’y a aucune bonne raison pour acheter ce type de produits en pharmacie. Ils sont coûteux, les choix de produits sont limités et les contenants ne résistent pas bien aux chocs (si t’as jamais connu d’épisode de shampoo explosé dans ton sac, c’est juste que t’es chanceux, ça viendra… crois-moi). À la place, achète-toi des bouteilles et pots de voyage de qualité qui résistent aux chocs et que tu pourras réutiliser très longtemps.

2. Se procurer une brosse à dents en bambou

Facile celui-là ! Il y en a partout maintenant, même à la pharmacie.


3. Opter pour des étuis et contenants en bambou, en métal léger ou en tissu

Favorise le plus possible les étuis et contenants faits de tissu, de métal ou de bambou. Par exemple, cet étui à brosse à dents en bambou, ou celui-ci en tissu de la Petite Boite.co pour contenir ta brosse et ton tube de pâte à dents. Cute ?

Étui à brosse à dents La petite boite co. – 22$

Opte pour des étuis à téléphone en bambou ou alors pour les étuis Pela Case qui, en plus de bien protéger ton appareil, sont fabriqués avec un matériel à base de plantes et donc biodégradable. Pela Case supportent aussi plusieurs causes environnementales ??.

Ces boitiers en métal de Lush (4$ : ovale, rond et carré) sont parfaits pour ton savon, mais aussi les shampooing, revitalisant et beurre corporel. Justement j’y arrive…

4. Acheter le plus possible des produits sans emballage

Le shampoing, le revitalisant et le beurre corporel sont facilement utilisables en format solide. Ils sont parfaits en voyage, car en plus d’être écolo, ils prennent beaucoup moins de place. Il existe aussi de la crème à raser en barre ou alors, tu peux utiliser un pain de savon bien hydratant. Je suis ultra capricieuse sur les produits capillaires et franchement, je suis enchantée par les produits Lush. Je ne peux plus m’en passer.

Shampooing Montalbano 11$ et Revitalisant Jungle 12$

Oui, ce shampooing mousse et lave comme n’importe shampooing. Le revitalisant est bien hydratant, mais moins démêlant. Alors j’ai pris l’habitude de bien démêler mes cheveux avant de les laver. De plus, il laisse les cheveux super doux et parfumés (OMG! juste pour le parfum tu dois essayer ce revitalisant).

Au lieu de trainer de la crème hydratante pour le corps, je termine ma douche avec le beurre corporel Maitre de Peau ou Buffy. ?

Pour augmenter leur durée de vie, il faut idéalement les laisser complètement sécher avant de fermer les couvercles de leur boitier. Ce n’est pas toujours possible en voyage. Malgré tout, j’ai fait un voyage de 40 jours avec une seule barre de shampooing, de revitalisant et de beurre corporel. Même en me lavant les cheveux presque tous les jours, j’en ai eu assez (tout juste). Le beurre lui à rendu l’âme au 38e jour. Fair enough.

5. Réduire les articles jetables de ta routine visage

Oublie les lingettes démaquillantes et les rondelles de coton jetables. Opte plutôt pour cette débarbouillette noire Face It (créée au Québec), ces tampons démaquillants en bambou d’Ola Bamboo et ces petites mitaines noires Eye love It pour démaquiller les yeux. (Note qu’il faut les laver plusieurs fois au début pour les rendre plus absorbantes).

Débarbouillette Face It – 10$ , Mitaines Eye Love It – 13$ et éponge Kojak Cocooning Love – 10$

Aussi, cette éponge Kojak de Cocooning Love exfolie doucement la peau et sèche rapidement. Ces 4 produits me suivent partout. Ils sont légers et prennent beaucoup moins de place que les versions jetables.

6. Réduire les sacs de plastique jetables

Laisse tomber le sac à poubelle pour ton linge sale. Opte plutôt pour ce grand sac à lessive, imperméable et hermétique (bonne nouvelle pour l’odeur du reste de tes bagages).

Classe toutes tes affaires dans ta valise avec des pochettes réutilisables. Il en existe des milliers. Pour tes vêtements, rien de mieux que les formats cubiques comme ça. Pour ton maillot mouillé ou simplement parce qu’ils prennent peu d’espace, ces sacs plastifiés sont parfaits. Pour le reste, voici des exemples.

7. Bannir l’emballage plastique de ton sac ou de ta valise à l’aéroport

Quelle pratique ridicule entre toi pis moi ! Il existe plusieurs sortes de housses à valise pour la protéger. Il y en a pour 15$ sur Amazon. En plus, ça t’aidera à identifier ta valise sur le carrousel à bagages. Pour les sacs à dos, choisis-en un dont les ganses et bretelles se cachent comme le Farpoint 80 de Osprey.

Tu peux aussi trouver n’importe quel grand sac (à cordon ou à zip) pour protéger ton backpack dans l’avion.

8. Refuser les machins jetables qu’on te donne dans l’avion

Tu as certainement une paire d’écouteurs à la maison que tu peux apporter avec toi. Il te suffit de trainer ce petit adaptateur à 7$ pour être certain de pouvoir te connecter dans tous les avions. Achète-toi un masque de sommeil, des chaussettes et des bouchons d’oreilles. Redonne tout ce que tu n’utilises pas à un agent de bord en lui disant que tu ne les as pas touchés. En espérant qu’il sera assez allumé pour l’offrir au passager suivant au lieu de le jeter ??‍♀️. Éventuellement, espérons que les compagnies aériennes offriront seulement des choses lavables, comme les couvertures et oreillers et sans emballage.

9. Bannir les rasoirs jetables

Ça, c’est juste non. Partout. Pas juste en voyage. Un rasoir dont seulement les têtes sont jetables, c’est déjà mieux. Idéalement, il y a aussi les rasoirs de sécurité (à lames traditionnelles tout en métal), mais c’est un peu lourd à trainer en voyage. Il y a aussi les épilations de toutes sortes que les moins poilues peuvent faire avant de partir.

10. Trainer des ustensiles et un sac d’achats réutilisable

Un simple petit sac à coton qu’on laisse dans le fond de son sac. Tellement simple. Un ensemble d’ustensiles réutilisables auquel on ajoute un paille réutilisable, c’est pas ben ben plus compliqué.

Ustensiles en bambou Ola Bamboo – 9$

J’ai été particulièrement horrifiée en Asie où TOUT, littéralement TOUT est placé dans un sac en plastique. Le moindre beignet, sandwich ou pâtisserie qu’on souhaite consommer immédiatement. Le sac en question sert 32 secondes le temps que j’engouffre mon snack et après y’a même pas de poubelle pour les jeter. ?Pour y remédier, je traine une serviette de table en tissu, des ziplock réutilisables et une pellicule en cire d’abeille. Ils me servent aussi pour garder un restant de noix ou autres collations que j’aime bien garder dans mon sac. Un petit geste à la fois…??

En 40 jours de voyage au Sri Lanka et au Cambodge, j’ai dû consommer une vingtaine de pailles en plastique juste pour boire des noix de coco. Et ça, c’est sans compter le moindre breuvage qu’on t’apporte avec paille, parfois un verre en plastique ET dans un sac en plastique, tout ça pour boire un café latté sur place. ??‍♀️ Il faut insister « NO PLASTIC » et leur montrer ta paille et tes ustensiles.

11. Se procurer une bouteille d’eau et tasse à café réutilisable

PEU importe où tu vas, tu devrais toujours trainer une bouteille d’eau réutilisable (isolée ou pas). Il en existe aussi des pliables qui ne prennent vraiment pas de place comme celle-là. De plus en plus d’hôtels offrent de l’eau potable gratuitement à ses clients pour ainsi remplir leur bouteille. Pense à l’argent que tu vas économiser sur l’achat de bouteilles d’eau en plus…

Pour la tasse à café, c’est plus difficile quand on souhaite voyage léger. Mais pour les roadtrips, par exemple, c’est assez simple de la traîner. Et puis, cette tasse à café Stojo est pliable ! À essayer.

12. Favoriser les déplacements écolos

Dans la mesure du possible, en voyage, favorise le train, le métro, le vélo ou la marche… quand on est en vacances, on a le temps et y’a tellement à voir lorsqu’on est à pied.

13. Choisir les lieux touristiques qui valorisent le développement durable

Ils sont de plus en plus nombreux à emboiter le pas de l’écotourisme. La demande est là, donc l’offre est grandissante. Il s’agit de faire un peu de recherche avant de partir pour trouver les hébergements, les restaurants et autres lieux touristiques qui valorisent le développement durable. Que ce soit par la réduction de déchets et d’émission de carbone, par l’implication des locaux ou en favorisant le marché local. Un bel exemple est ce kitecamp au Sri Lanka qui, en plus, offre un programme zéro émission de carbone grâce à la plantation de mangroves. Ces plantes absorbent beaucoup de carbone et une plantation proportionnelle à la durée de ton séjour peut donc réduire à zéro les émissions de carbone occasionnées par tout ton voyage, incluant ton vol d’avion.

Tu peux faire des recherches sur des sites comme Mygreentrip.com et Slow Journeys.

La moindre des choses est de refuser le lavage quotidien des draps et serviettes et de laisser sur place les produits de toilette jetables offerts. Tu pourrais aussi leur péter une coche s’ils donnent des verres en plastique jetables dans chaque chambre.

14. Acheter local, de qualité et usagé le plus possible

Tout d’abord, dans la mesure du possible, avant d’acheter du neuf, tentons d’acheter usagé ou de récupérer ce qu’on a chez-soi. Et puis, en priorisant l’achat de produits locaux en voyage comme à la maison, on peut faire une différence. On peut aussi acheter des produits de meilleure qualité qui auront une plus longue durée de vie. Que ce soit pour tes accessoires de voyages, mais aussi dans l’achat de tes souvenirs de voyage. Penses-y avant d’acheter des machins cheaps qui ont été fabriqués bien loin et sûrement en exploitant bien des gens.

» Stop buying crap and they will stop selling crap »

15. Calculer l’émission de carbone de ton voyage et la compenser

Grâce à ce calculateur, tu pourras déterminer l’émission de CO2 que ton voyage a occasionné. L’outil te donneras l’occasion de facilement financer la plantation des arbres nécessaires pour « compenser ton voyage ».

16. Prendre un sac de poubelle et faire sa part

Prends quelques minutes lors de ta prochaine balade sur la plage pour ramasser quelques déchets et les jeter dans une poubelle ou un bac de recyclage. Même chose dans les parcs et les sentiers de randonnée. Un petit geste qui en inspire d’autres, et c’est ainsi que la roue tournera.

Bon voyage vert ??

Crédits photo : Marie-Hélène Brault


Convaincue que le voyage est d'abord et avant tout un état d'esprit, elle observe, goûte, photographie, écoute et explore en permanence dans le "beat" d'une voyageuse. Que ce soit dans sa ville natale, Montréal, ou partout ailleurs au monde, elle recherche les beautés d'ici et d'ailleurs.

DANS LE MÊME GENRE

INSTAGRAM
Encore plus de photos !